top of page
Wallpaper pour pages collections.jpg

Etoiles dans la Voie Lactée

C’est ainsi que l’œuvre a émergé, exempte de taches et de tendances malavisées. Elle se suffit à elle-même. Elle fait ce qu’elle dit faire. Elle ne comporte aucun piège habile pour faire croire quiconque à une meilleure croyance en «isme».

Etoiles dans la Voie Lactée

Philosophie pour une Nouvelle Civilisation – Les Etoiles dans la Voie Lactée



Je travaille depuis sept ans à la création d’une série de techniques que n’importe quel auditeur bien formé peut utiliser pour rendre les gens clairs. Nous les avons maintenant.


Je suis vraiment désolé que cela ait pris sept ans. En fait, il en a fallu plus de vingt-cinq.


Dans le cadre d’autres « systèmes de recherche », ce travail n’aurait pas pu être fait. Au début, je l’ai financé par mes écrits et mes expéditions. Quelque 15’000’000 de mots publiés de faits et de fiction s’étendant de la politique aux Westerns, furent utilisés en grande partie pour cette recherche; celle-ci était libre d’agir, même si ce ne fut pas sans sueur.


Aucun dictateur tyrannique ne voulait de ce travail pour son esclavage de masse comme ce fut le cas pour le pauvre Pavlov, fourvoyé. Aucune grande société n’en voulait pour une meilleure approche de la publicité du type Madison Avenue – une autre forme d’esclavage. Aucune grande Fondation de Recherche comme Ford, n’était là pour faire valoir sa philosophie «L’Amérique d’abord». Ces derniers n’avaient pas payé pour cela, par conséquent, ils n’en étaient pas propriétaires. L’œuvre resta libre. C’est ainsi qu’elle prospéra. Elle ne s’est pas étiolée au profit d’une «cause» aberrante. Elle s’est épanouie.


Mais les efforts considérables déployés pour protéger ce travail tout en le poursuivant a quand même fait des ravages. Les intérêts particuliers croyaient qu’il devait être nocif s’ils n’en étaient pas les propriétaires. Entre 1950 et 1956, 2’000’000 de dollars identifiables ont été dépensés pour arrêter ces travaux. Les articles de journaux, les publicités radiophoniques (comme celle de l’Université de Washington à Seattle) soudoyaient les «clients», finançaient les «patients» ; tout cela coûtait de l’argent. Vous entendez encore 

aujourd’hui les répercussions de cette campagne.


A ce moment-là, l’argent ne pouvait pas arrêter ce travail. C’était trop tard. S’il y avait eu un quelconque problème avec nos organisations, ma personnalité, nos intentions ou nos compétences, tout le progrès aurait été anéanti. Mais nous n’avions pas de talon d’Achille. Nous avons continué. Tout ce qui a survécu à cette attaque – venant des Associations américaines de psychiatrie et de psychologie (APA), de l’Association médicale américaine (AMA), et de plusieurs universités – est un fouillis de rumeurs concernant votre santé mentale et la mienne ; et les rumeurs qui ne sont plus financées, mourront un jour.


C’est ainsi que l’œuvre a émergé, exempte de taches et de tendances malavisées. Elle est elle-même. Elle fait ce qu’elle dit faire. Elle ne comporte aucun piège habile pour faire croire quiconque à une meilleure croyance en «isme». 


C’est ce qui la rend unique aujourd’hui dans un monde devenu fou du nationalisme. Le bouddhisme, lorsqu’il a touché des millions de personnes, n’était plus libre d’opinions et de préjugés. Le taoïsme lui-même est devenu du chauvinisme national, loin de tout travail de Lao-Tseu. Même le christianisme avait son « boniment ». Et si ces grandes œuvres sont devenues biaisées, avec toute la force personnelle de leurs créateurs, comment se fait-il que notre petit triomphe ici se trouve encore dans un état pur?


Eh bien, aucun diamant ni palais ne fut accepté des rajahs, aucune publication gratuite des résultats ne fut offerte par les chefs de guerre ; aucun testament n’a dû être écrit 300 ans après les faits.

Nous pouvons remercier Johann Gutenberg et l’invention de la bande magnétique.


Par conséquent, bien que nous n’ayons pas la stature des Grandes Philosophies, je vous exhorte à ceci – tenez-vous-en aux écrits sources, pas aux interprétations. Tournez-vous vers le travail original, pas vers les interprétations.


Si je me suis battu pendant un quart de siècle, la plupart du temps seul, pour empêcher que cette œuvre ne passe sous le joug des esclavagistes de l’Homme, pour la protéger de quelque «boniment» ou penchant destructifs, alors vous pouvez certainement soutenir l’impulsion un peu plus loin.


Je ne serai pas toujours là pour veiller. Les étoiles scintillent dans la Voie Lactée et le vent susurre des chansons à travers les étendues vides d’une planète, dans une autre galaxie.


Vous ne serez pas toujours ici.


Mais avant de partir, murmurez à vos fils et à leurs fils : «L’œuvre était libre. Gardez-là ainsi.»


– L. Ron Hubbard – 1957

bottom of page