top of page
light-blue-abstract-background-vector-894677825.jpg

Autodétermination, Déterminé par d'autres, Pandéterminisme


2 petites fleurs bleues sur un fond bleu


Introduction : «On ne peut être autodéterminé que si l’on peut observer la situation réelle à laquelle on est confronté: sinon, l’être est déterminé par l’illusion ou par d’autres.» – Les Fondements de la Pensée


Lisez la lettre d'introduction de Max Hauri à cet article ci-dessous.


Voici un extrait du livre «Introduction à la Scientologie» ou «Voyage vers soi-même» de Richard DeMille aussi nommé D. Folgere. Il était un proche compagnon de route de L. Ron Hubbard au début des années cinquante et a écrit pour Ron le livre «Comment vivre, bien que cadre». Un excellent livre, d’ailleurs.


L’autodétermination est l’essence de la Scientologie. C’est le seul principe sans lequel aucune partie de la Scientologie ne peut être utilisée ou comprise. C’est l’idée qui mène à toutes les autres et sans laquelle aucune autre ne peut être atteinte. C’est le principe fondamental de l’être.

Ce que l’autodétermination n’est pas


Peut-être devrions-nous dire quelque chose sur ce que l’autodétermination n’est pas. Là encore, nous évitons les malentendus en éliminant les conceptions antérieures avant de discuter des conceptions actuelles.

L’autodétermination n’est pas l’égoïsme.

L’autodétermination n’est pas l’altruisme.

L’autodétermination n’est pas l’arrogance, l’orgueil, l’obstination, l’entêtement, le sectarisme, le fanatisme, l’égocen­trisme ou le fascisme.

Il faut être autodéterminé pour comprendre l’autodétermination


L’autodétermination est un principe qui peut être compris en proportion directe du degré auquel il est expérimenté.


Un homme qui a cédé 99 % de son autodétermination à son environnement peut apprendre au sujet de l’autodétermination jusqu’à ce qu’il en ait le visage noir, mais il ne comprendra qu’un pour cent de ce qu’il lit.


On demande à nouveau à l’étudiant de ne pas être trop pressé de comprendre ce que l’on entend par autodétermination. Toute la Scientologie est une étude de l’autodétermina­tion.

L’autodétermination est un principe qui doit être utilisé et pas seulement discuté. On ne devient pas autodéterminé en accrochant à son corps un panneau signalant «Autodéterminé», pas plus que le gouvernement ne peut rendre tout le monde riche en imprimant beaucoup, beaucoup d’argent. Ce genre de «richesse» et ce genre «d’autodétermina­tion» ne sont que mirages.


L’autodétermination est une échelle de gradient. Plus on monte sur cette échelle, plus on manifeste de créativité, de réceptivité et de bon sens. Un tel comportement haut sur l’échelle ne peut être reconnu facilement que par des êtres hauts sur l’échelle. Les êtres bas sur l’échelle échouent presque inévitablement et refusent de reconnaître les comportements hauts sur l’échelle.


À prime abord, cela peut sembler du plus pur snobisme, mais l’étudiant découvrira par lui-même – et donc on ne lui demande même pas de croire le présent auteur – que ceux qui vivent au fond de la mer ne peuvent pas considérer pleinement la vie des oiseaux. Heureusement, si les poissons s’intéressent suffisamment à leur propre vie, ils peuvent s’élever à la surface de l’eau et se faire pousser des ailes. C’est ce qu’on appelle le processing [audition].

Caractéristiques de l’autodétermination


Certaines des attitudes d’autodétermination, comme présentées sur le Tableau Hubbard des Attitudes et ailleurs (pages 30, 38, 50 du texte anglais), Max : I have not changed the pages numbers for German and French) sont énumérées ici. L’individu autodéterminé:

  • Survit,

  • a raison,

  • est responsable,

  • gagne,

  • contrôle les objets,

  • perçoit les mentaux des autres,

  • es vérité,

  • est conviction (confiance),

  • sait,

  • cause,

  • est libre,

  • crée, change et détruit l’espace,

  • crée, change et détruit le temps,

  • crée, change et détruit l’énergie, est une source de mouvement,

  • crée, change et détruit des illusions.


​Caractéristiques du déterminisme par d’autres


L’individu déterminé par d’autres succombe, se trompe, perd, blâme l’environnement, est contrôlé par des objets, est isolé des autres êtres, hallucine, se méfie, ne sait pas, est un effet, est empêché, est perdu dans l’espace, n’a pas de temps, est impuissant devant l’énergie et le mouvement, et est inondé d’hallucinations.

​L’être humain normal


L’être humain normal se situe quelque part entre les extrêmes de l’autodétermination et du déterminisme par d’autres.


L’être humain normal ne crée pas sciemment beaucoup d’espace, de temps ou de mouvement ; mais il n’est pas non plus totalement perdu dans l’espace, lié par le temps ou impuissant devant le mouvement. Il n’est pas vérité; mais il n’a pas non plus d’hallucinations.

Il a un accord avec les autres sur la réalité de certaines choses, et il peut compter sur cette réalité, tant que les autres ne se retournent pas contre lui. Cela signifie bien sûr, qu’il est «sain d’esprit» dans la proportion exacte de sa conformité à la société.


L’être humain normal n’est pas aussi malheureux qu’il pourrait l’être, mais il pourrait être considérablement mieux loti qu’il ne l’est.

 

«On ne peut être autodéterminé que si l’on peut observer la situation réelle à laquelle on est confronté: sinon, l’être est déterminé par l’illusion ou par d’autres.»


Une déclaration qui donne à réfléchir. Quand on lit, on écoute ou on regarde les médias, quels qu’ils soient, peut-on vraiment être autodéterminé?


C’est quelque chose de l’ordre de grandeur de «plus je sais, plus je sais que je ne sais pas». (Aristote)


Cette déclaration est également révélatrice de nos structures d’état et de gouvernement. Ne nous fait-on pas croire ici que nous sommes autodéterminés? Combien de fois nous a-t-on dit que nous étions souverains?


La détermination par d’autres, l’autodétermination et le pan-déterminisme sont des mots que l’on «comprend», qui sont explicites.


Mais le sont-ils vraiment?

Que signifie «pan-déterminé» ou «pan-déterminant»? Voici sa définition:


«Pleine responsabilité des deux côtés d’un jeu.» – «Nous voyons la version aberrée du pan-déterminisme dans la volonté de contrôler tous les autres afin de se mettre en valeur ou de se rendre important.» «Un état dans lequel on détermine à la fois ses propres actions et les actions des autres. Par exemple, un joueur d’échecs est pan-déterminé lorsqu’il joue des deux côtés de l’échiquier.» Pan-déterminé, Pan-déterminisme.


Avec mes meilleures amitiés.

Max Hauri

Posts récents

Voir tout

Moral

bottom of page