top of page
light-blue-abstract-background-vector-894677825.jpg

Psychopathes


Galaxie en forme de symbole d'infini, bleu, violet


Introduction: Ces psychopathes ne se contentent-ils pas de se réincarner encore et encore? Oui, ils le font. Les psychopathes se réincarnent en psychopathes. Les parents de psychopathes sont unanimes à dire que l’enfant a été difficile dès sa naissance. La bonne nouvelle est que seulement 2 à 3 % de la population sont des psychopathes (ce n’est peut-être pas une bonne nouvelle), mais les 97 à 98 % restants ne sont pas psychopathes.


Lisez la lettre d'introduction de Max Hauri à cet article ci-dessous



Aujourd’hui, la Scientologie produit des Clairs en nombre de plus en plus important. Son expansion s’accélère au fur et à mesure que la technologie standard délivre ce que la Scientologie promet dans chaque organisation scientologue à travers le monde.


La Scientologie est la voie qui mène de l’être humain à la liberté totale ou à l’état d’être total. La Dianétique a permis de passer d’un être aberré ou normal à un être humain capable. Cette étape n’avait jamais été franchie dans l’histoire de l’humanité.


Curieusement, le passage de l’être humain à l’esprit a été atteint, quoique rarement, dans le bouddhisme, dans d’autres pratiques spirituelles, et même dans le christianisme, mais il n’a pas été généralement considéré comme tel. La Scientologie y parvient réellement et pour la première fois avec une stabilité totale, sans rechute et invariablement un par un. Néanmoins, l’homme avait un indice des objectifs de la Scientologie, même s’il les considérait presque au-delà de Dieu.


Mais l’homme n’avait aucune idée de la Dianétique. Aucune. C’était le coup de tonnerre.

L’homme taillait, sciait, blessait, injectait, enseignait, moralisait, conseillait, pendait et emprisonnait des hommes avec enthousiasme, sans avoir la moindre idée de ce qui poussait l’homme à se comporter comme il le faisait ou de ce qui le rendait malade ou en bonne santé.


La réponse était et est encore la Dianétique.


En 1950, j’ai écrit un livre, publié le 9 mai, intitulé La Dianétique: La science moderne de la santé mentale. À l’époque, j’étais même sous contrat pour écrire quelques histoires et romans et je m’occupais tranquillement de mes affaires. Puis le livre a fait un tabac. Personne ne s’attendait à ce qu’il devienne un bestseller, mais il s’est retrouvé instantanément et immédiatement en tête de la liste des bestsellers et n’a pas bougé d’un iota.


Le livre a suscité un énorme engouement. Des groupes de Dianétique ont vu le jour dans tout le pays. Les gens lisaient le livre, puis commençaient à auditer leurs amis avec des résultats étonnamment bons.


Mais il n’y avait pas d’organisation adéquate pour maintenir la ligne, pour maintenir les critères d’application technique. J’ai découvert que quelqu’un s’affairait à dire aux gens que l’audition était un art – qu’il n’y avait rien de scientifique là-dedans !


Le moment était venu d’établir positivement et complètement ma responsabilité pour l’ensemble de la Dianétique.


C’est à contrecœur que j’ai pris cette responsabilité, car je savais que l’enfer allait se déchaîner et c’est ce qui s’est passé !


L’Occident, vous le savez, est une barbarie scientifique. Ce n’est pas vraiment une civilisation – pas encore – mais il est très scientifique. En fait, la société est très déséquilibrée à l’heure actuelle, dans la mesure où elle possède le pouvoir scientifique sans disposer du savoir-vivre élémentaire. Elle possède le pouvoir sans l’humanité et, dans cette mesure, n’est pas une civilisation. Savez-vous qu’à l’heure actuelle, ils ne sont pas en mesure de mettre au point une seule technologie pour faire rire quelqu’un qui pleure – ou faire pleurer quelqu’un qui rit? Ils tentent de modifier le comportement humain en forçant la main. «Si vous ne changez pas et n’agissez pas mieux, je vais vous taper sur la tête avec une massue.» Telle est l’approche de cette civilisation.


Lorsque l’on commence à mettre la vérité sur la table, il est possible qu’il y ait un peu de confusion. Il suffit de poser un point de référence stable pour que la confusion se dissipe.

Les premiers jours de la Dianétique ont marqué les débuts de la Scientologie. C’était la même histoire, une donnée stable qui entrait et la confusion qui se dissipait. Ce qui s’est passé alors n’était pas si terrible. En juillet de cette année-là, malgré les turbulences et tout le reste, j’ai porté mon chapeau – celui d’être moi-même. Personne n’a jamais réussi à me faire dévier de cette ligne depuis.


Dire «Oui, je suis celui qui a écrit ce livre. Oui, je suis celui qui dirige ce groupe », en dépit des chats morts, des réveils et des critiques, cela n’a pas été facile.


Il s’agissait simplement d’une donnée stable dans un monde très, très aberré.

Tout au long de cette période, mon idée était de poursuivre mes recherches, de les achever et de délivrer – délivrer les produits, en dépit de toutes les interruptions. J’ai consacré mon temps exclusivement à la recherche et je n’ai pas prêté attention aux critiques et aux chats morts.


La découverte fondamentale de la Dianétique est l’anatomie exacte du mental humain.

Le pouvoir aberrant des engrammes a été découvert. (Un engramme est une image mentale d’une expérience contenant de la douleur, de l’inconscience et une menace réelle ou imaginaire pour la survie). Des procédures ont été mises au point pour les effacer. Le bénéfice que l’on peut tirer du parcours d’une demi-douzaine d’engrammes dépasse tout ce que l’homme a pu faire pour qui que ce soit dans l’histoire de la race humaine. Mais il y avait une question de temps. Il faudrait plus de 75 ans pour effectuer suffisamment d’audition Dianétique pour effacer tous les engrammes sur la piste du temps d’une personne. Je devais court-circuiter tout cela. Je devais ramener tout cela à l’essentiel.


La découverte de ce que le mental enrobait a été la découverte de la Scientologie.

Il recouvrait un thétan. Un thétan est la personne elle-même – pas son corps ou son nom, l’univers physique, son esprit ou quoi que ce soit d’autre ; ce qui est conscient d’être conscient ; l’identité qui est l’individu. Le thétan est plus familier à chacun d’entre nous en tant que vous.


La vérité, c’est que nous ne sommes pas qu’une idée dans un livre, qui ne dérange rien sur une étagère et qui ne se lit même pas lui-même. Amener des individus, des êtres humains vivants à un point de reconnaissance de leur propre état d’être – est une action vivante. C’est une action totalement vivante. Il est beaucoup plus facile de faire face à un concept ou à une idée qu’à une entité vivante, qui respire.


À partir de 1954, lorsqu’il est devenu évident que nous étions engagés dans la résolution du problème de l’esprit humain, nous sommes devenus des entités vivantes qui respirent. Jusqu’à cette date, nous pouvions être une très belle attraction que les gens pouvaient laisser tranquille ou pas. Nous n’avions pas besoin d’être très sérieux. Mais beaucoup de gens étaient très sérieux à ce sujet. Quelle que soit la manière dont on le déclarait, beaucoup de gens le prenaient au sérieux. Nous étions alors une chose vivante, qui respirait.


Nous n’étions pas qu’une idée. Le fait est que nous n’avons jamais été à aucun moment, autre chose. Nous n’étions pas une philosophie qui traversait la société. Nous étions des êtres.


Et lorsque nous avons commencé à monter au créneau, c’est l’enturbulation d’un nombre incalculable d’années qui a commencé à s’envoler. C’était assez difficile. Nous n’avions pas d’armes à cette époque particulière. Nous avions beaucoup de technologie, plus que l’homme n’en avait jamais rêvé à ce moment-là, mais ce n’était pas grand-chose. Et nous avions commencé à faire un trou, si l’on peut dire, dans le conglomérat de l’aberration humaine. Souvenez-vous que c’était la vie qui faisait ce trou. Nous étions des êtres vivants.

Ce n’était pas le principe qui faisait le trou, c’était nous qui l’appliquions.


Nous nous sommes heurtés à toutes les aberrations de la société presque simultanément et d’un seul coup, et la confusion qui s’en est suivie était si fantastique qu’il nous a fallu quinze ans pour stabiliser notre position organisationnelle afin de pouvoir résister aux coups de boutoir qui nous sont tombés dessus. Il s’agit là d’une étape évolutive essentielle à la croissance de toute organisation, et nous l’avons franchie. Nous avons gagné.


Il y a 17 ans, il y avait beaucoup de choses inexpliquées. Eh bien, elles ont toutes été résolues en Scientologie.


La voie de sortie est la voie que vous avez, en Scientologie, à travers les grades.

Il a fallu toutes les connaissances de l’audition Dianétique. Il a fallu tout les matériaux. Il a fallu toutes les observations inhabituelles. Il a fallu toutes ces années de travail pour tailler ce chemin très fin, d’apparence plutôt ordinaire aujourd’hui, qui fonctionne rapidement, à travers les Grades. Mais nous sommes confrontés à un problème gigantesque: la Scientologie fonctionne trop vite entre les mains d’un auditeur. Les procédés scientologiques sont trop rapides pour produire l’ensemble des phénomènes d’audition pour l’auditeur en formation et il ne s’habitue donc pas à les gérer. Par conséquent, comment peut-il apprendre à auditer? Il ne peut pas, en parcourant la Scientologie, car il n’aura jamais assez de pratique.


En tant que superviseur ou nouvel étudiant, vous avez besoin d’un procédé qui ne produise pas de résultats instantanés. La Dianétique possède une vertu que nous n’aurions jamais appelée ainsi en 1950. Elle est lente. Vous pouvez auditer un pc pendant très, très longtemps. Et vous pouvez vous exercer à auditer. L’audition Dianétique a été très utile pour apprendre les principes fondamentaux du mental et c’est pour cela que je veux que vous l’utilisiez.


Cette audition Dianétique a de la valeur. Elle a une plus grande valeur que l’homme n’a jamais eue auparavant. Ceci répond aux problèmes que Sigmund Freud essayait de résoudre. Elle les résout de manière spectaculaire. Et comparée à la Scientologie, ce n’est rien.


En Scientologie, vous disposez de la technologie de rétablissement total d’un être, et cela ne veut pas dire un corps. Ne perdez jamais de vue que la réhabilitation du corps est secondaire par rapport à la réhabilitation de l’être. La Dianétique, voyez-vous, est un petit jeu. L’ordre de grandeur entre la Dianétique et la Scientologie est difficilement comparable. C’est comme tirer sur des lapins, mais vous poursuivez des buffles. Ce n’est même pas cet ordre de grandeur. C’est comme creuser un fossé en comptant le nombre de grains de sable qui se trouvent au-dessus de l’endroit où le fossé devrait être. Lorsqu’il est apparu clairement que nous étions engagés dans la résolution du problème de l’esprit humain, la question des manifestations superficielles du mental est devenue tout à fait secondaire.


Mais la Dianétique est actuellement utilisée à bon escient et c’est une utilisation très positive. C’est une excellente formation. Et c’est pour cela que je veux que vous l’utilisiez. Apprenez-en plus sur l’anatomie du mental au travers de la formation d’auditeur Dianétique.


L. Ron Hubbard Fondateur


 

Chers Amis,


L’écart qui s’est creusé m’inquiète. D'une part, nous disposons de technologies ultramodernes, les progrès sont énormes et le mot est faible. C’est tout simplement admirable.


D’autre part, les gens se cognent à l’ancienne. Les mauvaises intentions de ceux qui organisent ces guerres relèvent tout simplement de la maladie mentale. La psychopathie à l’état pur. Difficile à surpasser.


Inutile de dire que la combinaison de ces deux points est abominable.

Ron était et est toujours en avance sur son temps. Cette citation, tirée de l’article que j’envoie aujourd’hui, résume bien la situation:


«L’Occident, vous le savez, est une barbarie scientifique. Ce n’est pas vraiment une civilisation – pas encore – mais il est très scientifique.»


Y a-t-il un espoir? Ces psychopathes ne se contentent-ils pas de se réincarner encore et encore? Oui, ils le font. C’est la mauvaise nouvelle. Les psychopathes se réincarnent en psychopathes.


Les enfants ne sont pas des «pages blanches», ils ne sont ni blancs ni innocents, ni en ce qui concerne les bons ou les mauvais.


Les parents de psychopathes sont unanimes à dire que l’enfant a été difficile dès sa naissance.


La bonne nouvelle est que seulement 2 à 3 % de la population sont des psychopathes (ce n’est peut-être pas une bonne nouvelle), mais les 97 à 98 % restants ne sont pas psychopathes. Et la beauté est que tant d’enfants viennent au monde avec de bonnes intentions.


Il semble que certains enfants puissent se souvenir de vies antérieures, mais mon observation est qu’il est apparemment très rare qu’un enfant en parle. C’est probablement une bonne chose. Mais ce qui me fait vraiment plaisir, c’est de voir que les enfants apportent leurs aptitudes. Celles qu’ils ont. Certains thétans démarrent leur vie d’un tremplin bien plus haut que ce que l’on croit pour ces petites créatures. Ils peuvent aussi apporter avec eux un niveau d’éthique très élevé.


La personne apporte toujours son cas, qu'il soit bon ou mauvais.


La Dianétique ou la Scientologie peuvent-elles «guérir» un psychopathe? Malheureusement, non. Nous ne le pouvons pas et même Robert D. Hare, psychologue criminel, affirme que ce chapitre n’est pas encore écrit.


Mais comme on le dit si bien en anglais «It takes two for tango», [il faut être deux pour danser le tango] et si une grande partie des 97 % décident de ne pas être victimes, nous aurons réussi et alors nous trouverons et créerons aussi des méthodes et des possibilités pour aider ces vrais pauvres diables. D’une manière ou d’une autre, l’audition est la solution.


La Dianétique est le début, tout le monde peut l’apprendre et plus encore, la recevoir. C’est notre travail quotidien. Nous avons un joyau dans les mains.


Pour ceux qui se font auditer, tout est possible.


Ron l’écrit si bien dans l’article «La Dianétique, sa relation avec la Scientologie».


Meilleures amitiés.

Max Hauri

19 vues

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page